Une semaine au Gujarat

Publié le par Shanti Travel

Une semaine dans le Gujarat, c’est là la perspective d’un voyage plein de surprises ! Les quelques échos des clients de Shanti Travel étant très positifs et la région encore peu touristique, je suis très curieuse de découvrir cette région !

 

Ca y est, me voilà sur les routes, entre taxis et bus locaux, pour un véritable marathon de 6 jours !

J’effectue le premier trajet dans un bus qui doit me conduire à Bhavnagar. Le paysage est d’un plat déconcertant, assez sec, ce qui n’empêche pas la présence d’agriculture. Au fur et à mesure que l’on descend vers le sud, on voit apparaître des marais salants de chaque côté de la route. Mais prendre le bus en Inde, c’est aussi l’occasion de faire des pauses pour le moins originales : les dhabas (petites cantines) au bord de la route proposent une nourriture sommaire, un décor souvent désolé, mais l’important est de pouvoir au minimum boire son tchai (thé au lait local) ! C’est aussi le moment d’utiliser les toilettes ; sur la porte de ceux-ci, je peux lire les consignes de sécurité d’un bateau de croisière, en portugais ! Preuve qu’on est dans un pays où tout se recycle... Ce qui semble une incongruité n’en est en fait pas une, puisqu’à Alang, qui se trouve à moins de 200 km de là, se trouve l’un des plus grands cimetières de bateaux du monde, et de ce fait une mine de pièces détachées et accessoires de toutes sortes.

 

Bhavnagar n’ayant présenté que peu d’intérêt, je pars dans l’après-midi pour Palitana. Après 1h30 dans un bus local, j’atteins ce lieu sacré, destination de pèlerinage des Jaïns (obédience religieuse proche à la fois de l’hindouisme et du bouddhisme, dont une grande partie des adeptes vit au Gujarat). Encore vingt minutes de rickshaw par une étroite route de campagne, et j’arrive à Vijay Vilas, une vieille demeure de campagne, au milieu des champs. La terrasse de ma chambre m’offre une vue sympa sur une partie des temples, perchés en haut d’une colline. Cela laisse présager de la randonnée qui m’attend demain matin : pas moins de 3000 marches à grimper ! Autour de moi, c’est un tintamarre de chants d’oiseaux. Quel plaisir d’être en pleine nature, de voir des perruches vertes, des paons et une multitude d’autres volatiles s’égayer alentour ! Le lendemain, au terme d’une ascension sous un soleil de plus en plus chaud, mon effort est récompensé par le spectacle des temples à l’architecture bien particulière.

 

Puis je reprends la route pour un long trajet en bus local, afin de rejoindre l’enclave portugaise de Diu, petite île au sud du Gujarat. Encore une fois le trajet est très animé: des arrêts répétés, des crochets incessants pour prendre ou déposer des passagers, des enfants qui pleurent, des pauses tchai... J’ai passé une grande partie du voyage assise à côté d’une femme dont le petit garçon de 2 ans aimait râler et jouer avec mes bijoux ! Diu est un endroit calme et agréable. Je m’y repose sur la plage caressée par la brise, loin de toute agitation. Puis je visite le fort et me balade au hasard, observant les jolies demeures d’architecture portugaise.

 

Je termine par Ahmedabad, où j’avais déjà fait un passage éclair qui ne m’avait pas vraiment charmé. Mais cette fois-ci, c’est différent. Tout d’abord je suis agréablement surprise par mon hôtel, au cœur de la vieille ville : une maison ancienne joliment restaurée, où se nichent 4 chambres. Puis c’est la visite de la vieille ville, par une matinée chaude : un dédale de rues, de couleurs, de bruits et d’odeurs… Une ambiance et des gens qui vous donnent le sourire ! L’architecture est magnifique, mais les maisons assez délabrées, ce qui confère au lieu un certain charme mais révèle les manques quant à la conservation de ce patrimoine. Dans le reste de la ville on peut voir de belles constructions, souvent en brique, des temples hindous aussi bien que des mosquées, et quelques legs de Le Corbusier, qui est passé par là.

 

Ainsi s’achève mon périple. Ce que j’en retire ? Le Gujarat est une région à découvrir absolument, tant pour sa population que pour la richesse de ses paysages, de ses monuments. Mon seul regret est de ne pas avoir pu me rendre dans la réserve de Sasan Gir, où se trouvent les derniers lions d’Asie.

 

Catherine, responsable Conseil Voyages groupes & incentive à Shanti Travel.

Publié dans Voyage en Inde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Axelle 23/04/2009 16:41

Waou Cath... Ca me rappelle mon repérage... Tu m'emmèneras dans le Gujarat quand je viendrai en Inde?
;-)

Shanti Travel 23/04/2009 17:13



Oui c'est promis !! :)



Shanti Travel 23/04/2009 17:13



Oui c'est promis !! :)